Fermer le menu

Le gouvernement wallon et le ministre wallon du tourisme, René Collin, ont alloué un budget de 1 500 000 euros pour l'attraction supplémentaire des touristes d'affaires (secteur MICE). "Avec une dépense moyenne de 97 euros par jour, le poids économique du touriste d'affaires est plus élevé que celui du touriste de loisirs avec une dépense moyenne de 60 euros par jour", a souligné M. Collin. Les objectifs pour les nuitées en Wallonie sont ambitieux : +40 000 en 2018 et +238 000 en 2023. (Gouv. Wallonie)

Le secteur des touristes d'affaires a encore un énorme potentiel. Il représente 14% des touristes dans le monde, dont 8% en Wallonie, en croissance d'environ 5,7% par an. La Belgique affiche une croissance annuelle de 3,3%, avec 195 088 nuitées en 1995 et 594 717 en 2016.

Après les Belges, les Français représentent le plus grand nombre de clients dans le secteur du tourisme d'affaires avec près de 55 000 nuitées en 2016. Les Néerlandais suivent avec plus de 31 700 nuitées. La 3e place revient aux Britanniques avec un peu moins de 22 000 nuitées. En 2016, le MICE en Wallonie réalise un chiffre d'affaires total de 57 544 897 euros exclusivement pour les nuitées.

Le tourisme en Wallonie représente 7,5 millions de nuitées dans les 6 040 hébergements touristiques enregistrés, d'une capacité d'environ 115 865 lits. En outre, près de 10 millions de visiteurs dans les 310 attractions touristiques sont répartis en trois zones : culture, nature et loisirs. René COLLIN rappelle que le secteur pèse 6% du PIB wallon et génère ainsi quelque 60 000 emplois.

La Wallonie et plus particulièrement les villes centrales ont un énorme potentiel de croissance.  « Depuis le début des années 2000, le nombre de transactions et de prix sur le marché immobilier liégeois a sensiblement augmenté », déclare Gauthier De Lange de Bricks and Leisure Real Estate. Cependant, les prix restent abordables et hautement compétitifs par rapport aux marchés voisins en Flandre et aux Pays-Bas. Par exemple, un studio qui a coûté 120 000 euros en 2001, coutait déjà 140 000 euros en 2015. Comme à Gand, les prix de l'immobilier liégeois vont doubler au cours des 10 prochaines années, comme le prédisent tous les gourous de l'immobilier. C'est l'endroit où il faut être pour un investissement immobilier avec un beau potentiel. (Gouv. Wallonie)

Etes-vous curieux de notre projet à Liège ?

 

 

abonnez-vous à la newsletter
  • Nous traiterons vos données comme nos biens immobiliers : avec le plus grand soin.